Log you in


    Lovecraft, Howard Phillips

    Ne à Providence, Rhode Island le 20 08 1890
    Mort à Providence, Rhode Island le 19 03 1937
    Nationalité : Américain

    Autres références: The H.P. Lovecraft Archive ; The H.P. Lovecraft Library (many on-line texts) ; Iä, Shub-Niggurath! ; H.P. Lovecraft By S.T. Joshi ; Documentación acerca de H. P. Lovecraft y su obra en español y otros idiomas ; H.P. Lovecraft italian resources ; Dark Fantasy ; H.P. L. nombreuses ressources dont textes électroniques

    Synospis biographique :

    Si la plupart des écrivains pour pulps mèneront une carrière relativement anonyme, l’oeuvre de Howard Philips Lovecraft (1890-1937) va déclencher une véritable bouleversement de la littérature fantastique en constituant une articulation nouvelle entre littérature d’horreur, fantastique et science-fiction. De son vivant connu d’un cercle assez restreint d’amateurs et d’amis, son exécuteur testamentaire August Derleth a largement contribué à faire connaître son œuvre, à la fois en inventant l’idée d’un " Mythe de Chtulhu " censé relier entre eux plusieurs des textes de H.P.L. et à la fois en présentant H.P. Lovecraft comme " le reclus de Providence ", imagerie relayé par l’insidieuse biographie de Sprague de Camp. On sait aujourd’hui que Lovecraft n’était pas le " poète maudit " construit par la légende, et qu’il qualifiait ces textes chtulhien de " yog-sothoterie ", adjectivation qui montre le régime ludique ayant présidé à l’écriture de ces textes. Outre que Lovecraft conçoit l’art comme la forme ultime de l‘amusement, qu'il n'a envisagé qu'avec réticence écrire des contes fantastiques plutôt que de la poésie et des essais johnsoniens, ce rationaliste athée convaincu estime à propos de la religion : une conscience puissante et réfléchie qui s’occupe individuellement et directement des misérables habitants d’une lamentable petite crotte de mouche sur la porte de service d’un univers microscopique [...] bah ! [...] Mais tout cela est tellement enfantin…
    A ce titre, les histoires de Lovecraft sont d’abord des divertissements satiriques d’athée. On ne peut d’ailleurs pas réduire l’œuvre de H.P. Lovecraft à l’ensemble chtulhien : ses premiers textes sont souvent marqués par l’influence de Lord Dunsany et l’on parle de " période dunsanienne " pour désigner la vingtaine de textes correspondant. Une part importante de ses nouvelles est encore à rapprocher de la tradition gothique et une autre part enfin s’inscrit directement dans la tradition poesque. A cela s’ajoute une importante activité de " nègre " et de correcteur pour de nombreux auteurs à la mode. Enfin, la correspondance est une activité centrale dans la vie de H.P. Lovecraft : S.T. Joshi (le grand spécialiste américain de Lovecraft) a estimé cette correspondance à plus de cent mille lettres, dont certaines comportent jusqu’à cinquante pages. Dans cette correspondance, il apparaît que H.P. Lovecraft est souvent très au fait des théories scientifiques les plus récentes dans les domaines les plus variés, avec cependant une préférence pour l’astronomie et les mathématiques. Enfin, dans son réseau de correspondants, il y a plusieurs jeunes auteurs auxquels il prodigue des conseils de lecture, d’écriture, des idées et des encouragements. Car il est également devenu le président et rédacteur officiel de l’association des écrivains amateurs, la United Amateur Press Association. Avec ces correspondants s’instaure un jeu qui consiste pour chacun à apporter sa pierre à l’univers de Chtulhu. S’il y a bien un mythe de Chtulhu, il est d’abord formé de ce jeu collectif. Cependant ces contributions, qui développèrent le mythe dans sa diversité, ne surent pas recréer l’intensité obscure et l’ambiance étouffante des récits de Lovecraft.

    Dans cette oeuvre importante, on retiendra Dagon (1917), L’appel de Chtulhu,(1926) L’Affaire Charles Dexter Ward (1927), La Couleur Tombée du Ciel (1927), L’Horreur de Dunwich (1928) et Les Montagnes Hallucinées (1936). On trouve chez Bouquins l’intégralité des textes de H.P. Lovecraft qui ont été publiés en France.

    Plusieurs des jeunes disciples qu’encouragea H.P. Lovecraft ont connu de grandes carrières : Robert Bloch, August Derleth, Donald Wandrei, Edith Hamilton, Frank Belknap Long (1901-1994). Cependant la plupart de ces auteurs américains, fort populaire chez eux, ont été fort peu traduits en français  : quelques rares recueils et quelques nouvelles éparpillées au sein de diverses anthologies sera tout ce que le fan pourra se mettre sous la dent. Il est vrai qu’ils n’auront pas l’envergure de leur maître et initiateur, H.P.L.


    Notes :

    Les différents travaux du spécialiste américain S.T. Joshi  sont aujourd'hui incontournables pour les éléments qu'il apportent.



    Ont contribué à ce document :
    Dernière modification : 2013-10-31
    Consulter la page de cet auteur sur Wikipedia
    Retour vers la page de recherche

    1 visiteur connecté

    Author